Platy, le cousin vivipare du guppy

Les platys sont des petits poissons originaires d’Amérique centrale. Dans la Nature, 9 espèces sont désignées en anglais comme des « platyfish » qui signifie en français « poisson plat ». Ils sont proches d’un second poisson connu dans le hobby aquariophile : le Xipho ou « porte épée ».

Tous sont des vivipares (ou ovovivipares) ; les femelles portent les œufs et les incubent mais ne les alimentent pas. Les platys sont également voisins des guppys et possèdent naturellement des couleurs similaires.

Histoire

Le platy se rencontre à l’état sauvage au Mexique, au Bélize, au Honduras et au Guatemala. Il fait partie des espèces parfois appelées « poisson moustique ». En effet, il fréquente mares, marécages et zones lentes des ruisseaux dans lesquels il chasse les larves d’insectes.

Ce poisson est particulièrement résistant et est parfois devenu envahissant dans les pays tropicaux où il a été relâché. Il est par exemple considéré comme invasif à Hawaïi, où il est responsable, avec d’autres vivipares, du déclin des invertébrés aquatiques indigènes. Certaines introductions datent maintenant de près d’un siècle, comme par exemple en Floride où il est devenu fréquent dans les canaux de drainage et dans les eaux saumâtres.

Sa robustesse et ses capacités d’hybridation avec des espèces proches en ont fait l’un des poissons « star » de l’aquariophilie. En effet, l’espèce présente aujourd’hui une large gamme de motifs de couleur. Plus précisément, la plupart des poissons appelés « platy » proviennent de l’hybridation de trois espèces X. maculatus, X. variatus et X. helleri.

A quoi ressemblent les platys ?

Le corps est comprimé latéralement. Mâle et femelle présentent de grandes différences de morphologie. Les femelles sont plus grandes et peuvent atteindre 6 cm quand les mâles mesurent généralement à peine 3 cm.

Dans la nature, les X. maculatus sont gris pâle, parfois tachetés. Les platys rencontrés dans le commerce sont beaucoup plus colorés. Ils peuvent être oranges, rouges, bruns, jaunes ou noirs.

La variété Tuxedo, par exemple, est orangée avec une partie du corps noir métallique. Le platy Lune est quant à lui jaune fluo avec parfois une partie noire. Même au sein de chaque variété, les variations sont importantes et il n’est pas toujours aisé de les reconnaître.

Les mâles possèdent une nageoire anale modifiée appelé gonopode qui sert à la fertilisation des femelles.

Comportement et maintenance

Comme chez les guppys (et la plupart des vivipares), les platys sont totalement pacifiques avec les autres espèces. Cependant, les mâles sont pro-actifs et ne cessent jamais d’importuner les femelles. Il est dans ce contexte fortement conseillé d’installer une population avec un ratio de trois femelles pour un mâle.

Dans un aquarium communautaire, si vous souhaitez voir évoluer des petits, il vous faudra mettre en place un environnement très planté avec la présence de nombreuses cachettes et de mousses. Les autres vivipares (guppys...) ne poseront pas de problème. Cependant, la présence de micro-prédateurs, comme les cardinalis, les danio rerio ou les rasboras, empêchera toute chance de survie.

Les platys sont parmi les poissons les plus tolérants en matière d’eau. Dans la Nature, ils sont même rencontrés dans des eaux légèrement salées. Cependant nous vous conseillons de tenter de mettre en place un aquarium proche de leur environnement, en compagnie d’espèces voisines.

Ils sont omnivores et acceptent facilement tout type de nourriture.

Choix de l'aquarium

Comme pour la plupart des vivipares, vous avez deux choix :

  • Maintenir un groupe de platy pour la reproduction et tenter de réaliser de nouvelles hybridations, donc dans un environnement spécifique
  • Réaliser un aquarium communautaire ou biotope.

Dans les deux cas, il sera nécessaire d’avoir un système de filtration et de réaliser un changement mensuel de 25% du volume d’eau de l’aquarium.

Le chauffage n’est pas obligatoire si l’aquarium est présent dans une pièce chauffée l’hiver, à condition bien sûr que ces colocataires soient également capables de vivre dans des eaux plus fraîches (ne pas descendre sous les 16°C).

Si vous souhaitez réaliser un aquarium proche de son environnement naturel, privilégiez un fond de petits galets / gravier, insérez un maximum de végétation, en privilégiant la végétation de surface. Vous pouvez le maintenir en compagnie de petits cichlidés d’Amérique centrale, comme des Meeki ou des spilurus. Cette espèce peut également être maintenu avec des poissons d’Amérique du sud comme des tétras, des Corydoras, des Otocinclus ou encore des Apistogramma.

Attention, si les reproductions ne sont pas naturellement régulées, c’est-à-dire si aucun poisson ne chasse leurs alevins, l’aquarium deviendra très pollué et invivable à cause de la surpopulation. Comme évoqué précédemment, les platys sont résistants et sont rarement affectés par des maladies.  Ainsi, les premières espèces qui seront en difficulté seront leurs voisins.

Les platys sont tolérants sur les paramètres d’eau (pH, dureté) et l’eau du robinet, à condition qu’elle ne soit pas trop chlorée, peut être utilisée pour remplir l’aquarium et pour les changements d’eau.

Kit Aqua Clear 40 réf. 309 019

Conclusion

Le platy est probablement devenu le poisson le plus facile pour commencer une expérience aquariophile. Il constitue de source sûr une bonne approche pour permettre à un enfant, par exemple, de réaliser son premier aquarium. Sa reproduction facile est également fascinante et vous ne compterez plus les heures à chercher les juvéniles, avec leurs lots de couleur, cachés dans la végétation.

 

Article écrit par notre partenaire fishipedia

Découvrez nos actualités