Conseils – Mes premiers guppys

L’aquarium à guppy (aquarium d’eau chaude) est souvent le premier aquarium tropical installé dans les salons. C’est une étape fondamentale pour comprendre les besoins des poissons d’eau chaude et pour réaliser sa première expérience de reproduction.

En effet, avec de l’attention et quelques connaissances, la maintenance des guppys s’avère facile et particulièrement prolifique. Attention même à la surpopulation !

Histoire

Originaire du continent sud-américain, le guppy fait partie des espèces les plus diffusées du monde aquariophile.
D’abord introduit dans plusieurs pays dans un contexte de lutte contre des moustiques, il va très vite rejoindre les aquariums des premiers passionnés, il y a déjà près d’un siècle.

La première trace de sa maintenance dans le hobby remonte à 1908 avec l’importation de plusieurs spécimens par un allemand de Hambourg. À cette époque, les biologistes et amateurs furent très surpris par sa vitesse de reproduction.
La facilité de reproduction du guppy est l’une des raisons principales de son succès. Avec le temps, celle-ci a permis la réalisation de croisements complexes entre diverses populations et la stabilisation de variétés toujours plus nombreuses aux couleurs et motifs atypiques.

Dans ce contexte, comme chez les chiens ou les chats, les guppys ont droit, depuis au moins 1922, à des concours de beauté avec des critères d’appréciation très stricts.

A quoi ressemblent les guppys ? 

Les guppys sont des petits poissons atteignant rarement plus de 4 cm. Les femelles sont plus grosses que les mâles et nettement moins colorées. Elles présentent une tâche sombre au niveau du ventre, lieu d’incubation des œufs.

A l’état naturel, les mâles sont recouverts de petites tâches jaunes-orangées et ont

généralement un point noir sur le côté.

Les années de sélection ont permis le développement de variété très colorées comme les guppys « Cobra », recouverts de points et tâches sur fond jaune ou rouge, ou comme les guppy « Tuxedo Silver », ayant une queue orange avec un haut de corps argent.

Mode de reproduction

Les guppys sont traditionnellement classés dans la catégorie des « vivipares », il existe des débats encore non totalement tranchés autour de leur « ovoviviparité ».

Chez les poissons « vivipares », les larves sont reliées à la mère par un cordon ombilical.

Chez le guppy, le processus est de développement est un peu différent : les œufs sont pondus et incubés directement dans le ventre de la femelle, avec des échanges de nutriments peu nombreux.

Lorsque la femelle libère ses petits, ils ont déjà atteint le stade de la nage libre et sont prêts à se nourrir seuls.

Comportement et maintenance

Le mâle est particulièrement oppressant avec les femelles et passe le plus clair de son temps à les poursuivre. Pour éviter que celles-ci s’épuisent, il est conseillé d’installer un mâle pour trois ou quatre femelles.
Outre cet aspect de son caractère, c’est un poisson paisible qui ne pose guère de difficulté de comportements avec ces voisins. L’espèce réside généralement dans la végétation et dans la partie supérieure de l’aquarium.

Si vous souhaitez voir évoluer des petits, il sera nécessaire d’installer des mousses et de nombreuses plantes qui permettront aux nouveaux-venus de trouver refuge. Il existe des cas de prédation entre guppy mais les plus grosses menaces viendront généralement des autres cohabitants. Les tétras ou les Danio chasseront les alevins sans relâche, très peu d’entre eux atteindront le stade adulte.

Pour cette raison, il est nécessaire de bien réfléchir à sa population si on veut se lancer dans l’élevage de guppy.

Attention à ne pas insérer de poissons de trop grande taille (scalaire…). Si ces derniers n’ont pas été habitués à vivre avec des petites espèces dès leur plus jeune âge, il y aura un risque éventuel de prédation, même envers des individus adultes.

Choix de l’aquarium 

Il existe deux manières pour se lancer dans la maintenance des guppys : l’élevage en spécifique ou la mise en place d’un aquarium communautaire.
Dans les deux cas, il sera nécessaire d’avoir un système de filtration et de réaliser un changement mensuel de 25% du volume d’eau de l’aquarium.

Pour la maintenance en spécifique, un aquarium d’une soixantaine de litres est suffisant. Vous pouvez insérer 2 mâles pour 6 à 8 femelles. La température de l’eau sera comprise entre 18 et 28°C. Si l’aquarium se trouve dans une pièce à température constante d’une vingtaine de degrés, la mise en place d’un chauffage n’est pas obligatoire.

Si vous réalisez un aquarium communautaire, attention à bien prendre en compte les besoins de chaque espèce. Par exemple, la cohabitation avec des cardinalis est possible mais il sera ici nécessaire d’installer une résistance (eau à 26°C). Le volume de l’aquarium sera plus important et dépendra des espèces envisagées.

Il est important de bien avoir en tête que les principales causes d’échec de maintenance proviennent de la surpopulation des aquariums et des mélanges de poissons inadéquats.

Mise en place de l’aquarium

L’aquarium sera installé à bonne distance des fenêtres éclairées par le soleil, pour éviter d’être envahi par des algues non-souhaitées. Une fois mis en eau, avec décors et plantes, une attente de trois à quatre semaines devra être respectée avant d’insérer les poissons.

Ce délai est nécessaire pour que le cycle de l’azote soit terminé (les poissons ne survivront pas s’ils sont insérés avant la fin de ce cycle).

Une fois ce protocole finalisé, il est conseillé de vérifier qu’il n’y a plus de nitrites dans l’eau (tests réalisables dans toutes les animaleries). Si les résultats sont concluants, les premiers guppys peuvent rejoindre leur nouveau cocon.

Les guppys sont normalement des poissons robustes et résistants. Ils sont tolérants sur les paramètres d’eau (pH, dureté) et l’eau du robinet, à condition qu’elle ne soit pas trop chlorée, peut être utilisée pour remplir l’aquarium et pour les changements d’eau. Veillez à les insérer avec soin dans l’aquarium, si besoin, demandez à votre animalerie comment acclimater vos poissons.

 Idées d’aquariums

 Si vous optez pour un aquarium mélangeant plusieurs espèces, voici quelques idées de population :
« Ruisseau sud-américain » – 120 litres, difficulté : débutant

L’aquarium sera bien planté avec différents niveaux de plantes (Anubias, Bacopa, Echinodorus, Cryptocoryne, Micranthemum…) pour offrir aux futurs alevins un maximum de cachettes.

Poissons : 12 guppys / 15 néons bleus / 10 Corydoras aeneus

« Amazonien nain » – 160 litres, difficulté : facile

L’aquarium sera bien planté avec des plantes de fond et de surface pour offrir aux futurs alevins un maximum de cachettes. Quelques racines feront partie du décor.

Poissons : 12 guppys / un couple d’Apistogramma cacatuoides / 20 nez rouges / 10 Corydoras nain

« Biotope Orénoque » – 200 litres, difficulté : intermédiaire

L’aquarium sera principalement rempli de grandes racines. Des plantes de surfaces serviront de protection pour les jeunes guppys.

Poissons : 16 guppys / 6 ramirezi / 12 Otocinclus / 20 Corydoras panda

Conclusion

Le guppy est l’un des poissons les plus faciles pour se lancer dans une expérience aquariophile. Avec sa rapidité de reproduction, c’est également l’espèce parfaite pour découvrir l’ensemble du processus de développement d’un poisson.

Avec sa sociabilité hors-pair, son activité constante qui ne cesse de capter notre attention, ce petit poisson est un incontournable pour réaliser son premier aquarium tropical.