Comportement du chien – Mon chien se sauve !

Ancien parachutiste et membre du 132ème Groupement Cynophile de l’Armée de Terre, formateur canin des forces de Police, Eric TRAMSON met aujourd’hui à la disposition des particuliers et professionnels son expérience dans le domaine du chien par le biais de divers services.

Dans ce dossier éducation, Eric TRAMSON vous propose quelques astuces simples pour vivre en harmonie avec votre chien.

 

Problématique : Mon chien se sauve !

Dès que vous entrouvrez la porte d’entrée, il pointe son museau et cherche à vous pousser pour se sauver. Idem pour la balade, il s’enfuit à la moindre occasion et ne revient que longtemps après. C’est non seulement une mauvaise habitude horripilante, mais cela peut en plus vous occasionner de nombreux ennuis. En effet, vous êtes responsables des dégâts provoqués par votre chien

Je vous propose donc « une méthode, mode d’emploi » en 4 points.

  1. Comprendre son comportement :

Vous l’aurez remarqué, quand un chien se sauve, il n’entend plus rien et semble littéralement hors de contrôle. Il file tout droit vers… on ne sais quoi (et lui non plus d’ailleurs), ne fait plus du tout attention aux dangers et ne s’arrête que lorsqu’il est complètement perdu. J’appelle cela la satisfaction de liberté, une sorte de grande euphorie qu’il faut absolument canaliser.

Parfois ces fugues peuvent aussi s’expliquer par des raisons concrètes (chiennes en chaleur dans le voisinage, chiens bagarreurs), mais dans tous les cas, il faut remédier à ce comportement qui le rend incontrôlable. En fait, votre chien doit comprendre que vous ne pouvez pas contrôler tous ces mouvements, donc que vous attendez de lui qu’il se maîtrise. D’ailleurs l’erreur d’éducation la plus fréquente à ce sujet est de soit laisser son chiot libre lors des petites balades, soit de tendre la laisse. Habituez-le à la laisse, ni tendue ni trop lâche, il aura moins tendance à devenir fugueur par la suite.

  1. Choisir le bon matériel :

Choisissez une laisse longue et plate d’environ six mètres et une autre d’environ un mètre. Vous pouvez également vous munir d’une laisse à enrouleur de 6 mètres que vous bloquerez à la longueur appropriée.

Enfin, et comme pour presque tous les exercices, prenez un sachet de friandises de récompense.

  1. Préparer l’apprentissage :

Il faut d’abord lui apprendre le franchissement de la porte. La règle d’or, c’est qu’il ne doit jamais passer en premier. La première raison, c’est qu’en vous laissant passer, il devra canaliser son énergie, donc refréner son irrésistible envie de piquer un sprint. La deuxième raison, c’est qu’en langage de chien, celui qui passe en premier occupe la position dominante. En effet, il va d’abord s’exposer aux « dangers » de l’extérieur pour vous protéger. Or dans cet exercice, vous cherchez à le calmer et non pas à exciter sa vigilance.

Prenez donc la laisse de 1 mètre et ordonnez-lui (cf les commandements préparatoires et exécutoires) de se coucher à côté de vous. Quand vous ouvrez la porte, votre chien ne doit pas bouger.

Exemple : « Médor, pas bouger ».

S’il bouge, refermez la porte et recommencez.

S’il obéit, franchissez la porte avec lui (en veillant à ce que vous soyez en tête) et faîtes le se coucher à nouveau.

N’oubliez pas de récompenser votre chien à chaque étape réussie et de ne jamais quitter un exercice sur un échec.

  1. L’apprentissage :

Il s’agit maintenant d’apprendre à votre chien le rappel au pied. Prenez la laisse longue, laissez-le s’éloigner de vous et appelez le au pied

Exemple : « Médor, au pied ».

Armez-vous de patience car l’exercice peut être assez long avant de produire des résultats. N’hésitez pas à corser les choses en posant dans la zone des objets vers lesquels il sera attiré.

Dernier conseil, si vous désirez vous promener avec votre chien sans laisse, faîtes appel à un professionnel qui saura vous conseiller et juger de votre niveau de préparation. N’oubliez jamais que vous êtes entièrement responsable de votre compagnon.